10-capricorne

Comment se soigner et bien se porter d'après son signe

Le Capricorne est plus intellectuel que physique, dort peu et mange frugalement. C’est un tempérament anxieux, qui s’assimile difficilement aux autres et qui se crée de continuels soucis, jusqu’à bloquer ses fonctions vitales. Le processus d’élimination des toxines, de l’acide urique en particulier, se ralentit. Il en résulte des rhumatismes, des arthrites et diverses douleurs.

Le repos lui est absolument nécessaire, car il est toujours crispé et préoccupé. De plus, sa mauvaise digestion le porte au pessimisme. En fait, il est souvent patraque et souffre de mille douleurs tout en s’acheminant, en fin de compte, vers une longue vieillesse, car le Capricorne est un signe de longévité.

Des séjours ou des promenades en forêts, de pins de préférence, rétablissent son équilibre moral et physique. S’il désire une maison pour ses week-ends ou pour y finir ses jours, une propriété dans les pins serait pour lui une source de bien-être et même un porte-chance.

Le Capricorne aime à grimper. Des ascensions en haute montagne ou dans un climat frais qui lui permettent de bien s’oxygéner, ce dont sa nature sédentaire a besoin. Il est aussi attiré par les grottes et les souterrains. La spéléologie convient à son tempérament de solitaire.

Mais, en général, il n’aime pas beaucoup le sport, car il a toujours froid ou est fatigué. Pourtant, il lui faut prendre de l’exercice afin de transpirer et d’éliminer les toxines qui s’accumulent en lui et qui finiront par lui apporter rhumatismes et arthrites.

Le Capricorne a besoin de magnésium qui, bon pour la peau (celle-ci lui pose parfois des problèmes), aide en outre à surmonter la fatigue physique et psychique et relève le moral en débarrassant le corps de ses toxines. Il peut le prendre sous forme de comprimés ou de chlorure de magnésium. Des gouttes de Avis pectinata bourgeons (sapin), en mac. glyc. ID, favorisent la fixation du calcium. Des petites doses régulières de soleil auront le même effet.

Son organisme a besoin de calcium. Aussi lui recommanderons-nous une nourriture riche en crudités, les céréales, flocons d’avoine, « muesli », le pain complet, le riz complet, le pollen.

Sa diète devrait comporter des aliments recalcifiants comme des jaunes d’oeufs très frais, des fromages, surtout de chèvre, du chou, cuit ou cru, des lentilles. Éliminer autant que possible les viandes, dont il abuse et qui l’intoxiquent.

Éviter aussi l’excès de pain blanc et de sucre, qui sont déminéralisant, ainsi que les fruits et légumes trop acides : tomates, oseille. En revanche, plus de légumes verts cuits à deux eaux, ou du blé germé frais cuit. Celui-ci est facile à préparer.

D’après le docteur Carton, le blé germé cuit est un reminéralisant de premier ordre. À mettre dans les potages ou simplement assaisonné au beurre cru. Il accroît les forces de résistance. Nous conseillons aussi au Capricorne des cures de framboises, de fraises et de carottes crues, qui agissent sur l’insuffisance hépatique et biliaire et le rendront plus aimable… Mais, maussade le matin, il prend de l’entrain à mesure que la journée avance, et devient brillant le soir. C’est d’ailleurs un couche-tard. Il aurait besoin de plus de sommeil.

Un autre bon revitalisant est la prêle qui est bonne pour les os, la peau, les dents et les ongles. La poudre de prêle se trouve en pharmacie, en gélules ou cachets.

La plante-talisman du Capricorne est le cyprès. La noix de cyprès est antirhumatismale et tonifiante pour les veines.

Le Capricorne est très sensible aux maladies venant du froid. Cela le met en état de moindre résistance en périodes d’épidémies. Il lui faut réagir immédiatement en prenant les mesures suivantes : s’il sent venir le rhume ou la grippe, il se fera le plus vite possible un thé de chèvrefeuille qui contient de l’acide salicylique, véritable aspirine naturelle.

En période d’épidémies, il prendra la précaution de mettre quelques gouttes d’essence naturelle de thym sur son mouchoir et sur son oreiller.

Pour ses douleurs, il peut essayer de porter un marron d’Inde dans sa poche ce qui, paraît-il, fait merveille…

La gaieté est encore la meilleure protection du Capricorne. Il doit apprendre à ne pas se torturer continuellement l’esprit, car il finirait par en avoir des ulcères d’estomac. La tisane suivante peut lui éviter d’en arriver là et l’aidera à digérer :

Deux cuillerées à soupe dans un litre d’eau. Laisser macérer quelques heures. Puis donner un bouillon, laisser infuser 5 minutes. À boire après les repas.

Un autre excellent remède contre les ulcères d’estomac est le jus de choux frais, à faire dans une centrifugeuse. Un demi-verre le matin à jeun, additionné de quelques gouttes de citron.

c’est pour le tempérament arthritique du Capricorne que les cures de boues radioactives et les traitements à l’argile sont les plus efficaces.

 

Espace bien-être

Le sérieux Capricorne ne doit pas oublier que la jeunesse et la beauté sont autant une attitude mentale qu’un bon état physique. Il est frappant de constater le meilleur équilibre de celui qui, en se réveillant, se met à penser à toutes les choses agréables qu’il va faire au cours de la journée, en évitant de s’appesantir sur les inévitables soucis quotidiens, et au contraire le teint brouillé et les nerfs à vif de celui qui, avant d’avoir posé le pied à terre, a déjà passé en revue tous les désagréments qui l’attendent.

Cela dit, une des premières choses pour obtenir une jolie peau, c’est de débarrasser l’organisme de ses toxines et le teint de ses irritations. Tisane à prendre le matin à jeun pendant plusieurs jours :

Une cuillerée à soupe par tasse d’eau bouillante. Laisser infuser 15 minutes. Élimine les boutons et éclaircit le teint.

Le Capricorne pourra ensuite constater l’effet remarquable du masque à l’argile délayé avec du jus de fruits frais, fraise, pomme, pêche. Après le masque, crème nourrissante antirides :

Bien émulsionner.

Le jaune d’oeuf, additionné de quelques gouttes d’huile d’amande, a aussi un effet bienfaisant sur une peau sèche.

Parfums : à base de benjoin, de cyprès ou de chèvrefeuille.

Extrait de Mini encyclopédie de l'astrologie, par Olenka De Veer (1984)